Samsara - Ritual - Olivier Goyet au Didgeridoo

Samsara : Spectacle / Album studio (Dead Beat Project)

SAMSARA – CONCERT EVENEMENT

DEAD BEAT PROJECT & GWAM

samsara-album-couverture-dead-beat-project

Samsara est le 3eme album studio de DEAD BEAT PROJECT, de Olivier Goyet sorti le 8 Juin 2013 sur le label AD Music Records.

Samsara est une succession d’instants où le temps s’arrête.
L’artiste ne crée pas au rythme de l’horloge parlante mais au rythme de son cœur, de ses songes.

De ces moments extra-temporels vont naître des mélodies qui vous plongent dans ce rêve aux rythmes envoûtants des percussions et des tambours, aux très belles atmosphères sonores parfois surprenantes, au souffle sans fin du didgeridoo, aux envolées claires et vaporeuses du dulcimer à marteaux.
Une alchimie de sons et de notes entremêlés avec brio.

Samara est un mélange électroacoustique, évoluant dans différents mondes, utilisant des instruments ethniques pour des musiques à sept temps, ou encore des rythmes binaires planants, même parfois hypnotiques.
Une traversée harmonieuse illustrée d’une note médiévale-fantastique.

Certains morceaux de Samsara illustrent des créations et spectacles de l’année 2012 de Gwam et Summer de Rêves:

  • La Vouivre, de la Reptation à la Danse.
  • Au Royaume de Mélusine.

Samsara verso de l'album

L’album Samsara chroniqué par Guts of Darkness

CONCERT LIVE au Temple St-George à Montbéliard

Musiciens en scène :

  • Olivier Goyet : Dulcimer à marteaux – clavier – didgeridoo – voix tambour dhyangro
  • Jean Michel Bertrand : Djembe – darbouka – acordéon kéramophone
  • Ivan Jacquin : Clavier, gong
  • Mise en scène, chorégraphies, textes – Gwam
  • Danseuses en scène : Gwam – Sarra Mokhnache – Enda Giust
  • Comédienne : Jeannick Valeur
  • Projections vidéos – Dij production – Gwam – Olivier Goyet
  • Production : Daudey Organisation
  • Technique : Regie Tech
  • Ingenieur Son : Michel De Heuss
  • Ingenieur Lumière : Jose Demalghaes

Samsara Affiche du Spectacle de Montbeliard 08/06/2013

 

Photographes : Michel Petit, Tibus.

 

PRESSE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *